Organisation et Aménagement du Temps de Travail

Avec Solidaires SUD-Emploi Bretagne, décryptons les accords !

 

Par le présent accord, les parties conviennent des principes et modalités à mettre en œuvre pour parvenir à une organisation du temps de travail commune à l'ensemble des agents de Pôle emploi quel que soit leur statut. Cette organisation du temps de travail doit être mise en œuvre en cohérence avec les actes métiers, l'aménagement des espaces de travail dans le réseau des agences et l'offre de service de Pôle emploi. Cette articulation entre les différents sujets fera l'objet d'une concertation avec les organisations syndicales nationales. (extrait du Préambule de l''Accord du 30/09/2010).

 

La véritable, première et terrible arnaque de cet accord tient dans son préambule. En effet, celui-ci réfère sans distinction aux actes métiers, à l'organisation spatiale des Agences et à l'offre de services.
Mais point de métiers, la classification des emplois n'est toujours pas réalisée ! De référentiel Agences non plus, le volet immobilier de Repères avance à la va-comme-je-te-pousse, au gré des opportunités ou de décisions à l'emporte-pièce (Rennes Nord, bassin de Brest, St Malo, ...). Et que dire de l'offre de service ! Plus de moyens, plus de temps, plus de budgets !

 

Ce cadre vise à concilier les contraintes liées au fonctionnement du service public de l'emploi, et notamment l'accueil du public, et un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle des agents, en leur garantissant une organisation prévisible et équitable de leur temps de travail. (extrait du Préambule de l''Accord du 30/09/2010).


Revoici, à peine dépoussiéré, l’argument de base de la première loi (1998) sur les 35 heures, et ce pour ne pas prononcer le mot qui fâche : flexibilité !  A aucun moment un employeur n'a de visée philanthropique dans son organisation du travail. Ce qu'il recherche aujourd'hui, et recherchera demain, c'est toujours plus de rentabilité ! C'est faire preuve d'une naïveté confondante, et d'une lecture politique bien accomodante, que de croire que Pôle emploi échapperait à ce postulat libéral !

Quant à l'organisation prévisible et équitable, les Agent(e)s, quels que soit leur origine professionnelle ou leur statut, en apprécieront le cynisme ! Derrière l'harmonie prônée par la Direction, il y a en fait la réalité de tous les jours qui contraint chacune et chacun à s'adapter à une vie professionnelle de plus en plus envahissante, et ce plus ou moins bien, plus ou moins facilement.

L'illusion ultime est de croire à la bienveillance d'une Direction !

 

Les parties conviennent d'organiser le temps de travail des agents autour d'horaires individualisés (dits horaires variables) répartis en plages fixes, liées aux nécessités de service comme l'accueil du public, au sein desquelles la présence des agents est requise et en plages variables qui donnent aux agents une marge de souplesse pour définir leur heure d'arrivée et de départ. (extrait du Préambule de l''Accord du 30/09/2010).

 

La souplesse prévue par la Direction relève plus d'une adaptation du temps de travail aux besoins du service. Constatant qu'à effectif constant, ou en hausse légère et momentanée, les Agent(e)s ne pouvaient pas remplir les missions attendues, la Direction agite les horaires variables comme un avantage pour les Agent(e)s, alors que c'est le seul moyen pour elle de faire travailler plus afin d'atteindre ses objectifs, dans un contexte où la charge (taux de chômage) croît beaucoup plus que les quelques effectifs supplémentaires. Vous avez dit flexibilité !?

 

Pour garantir une application exacte de cet accord, commune à tous et sans rupture d'égalité, le décompte du temps de travail est mesuré individuellement, par des outils dont l'usage s'impose, et mis en place sous la responsabilité de la direction de chaque établissement, après information/consultation du comité d'établissement et du CHSCT. (extrait du Préambule de l''Accord du 30/09/2010).


Tout cela pour imposer à tous la pointeuse et la faire passer comme une avancée auprès des Agent(e)s. Alors que ce n'est qu'un outil nécessaire à la production, comme en usine, ni plus ni moins ! Et que si nous nous en tenions aux horaires fixes pour tous, très vite la machine se bloquerait et l'on pourrait avoir une vraie revendication de recrutement !
Il ne faut pas se méprendre sur les intentions de cette Direction. L'individualisation du temps de travail permet de casser les collectifs, de masquer la dérive charge / moyens, et d'intensifier le travail dans un climat de suspicion des autres et de dévalorisation de soi !


Ce que l'on nous vend comme un avantage n'est en fait qu'une vaste arnaque !