A travail égal ...

 

La politique salariale de Pôle emploi s'inscrit clairement dans le cadre de l'austérité budgétaire initiée par le gouvernement Fillon, et pilotée au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) européenne, à savoir réduction des effectifs et baisse drastique des crédits de fonctionnement (moins 10% à l'horizon 2014).

 

En tant que principal opérateur public de l'emploi en France, il est clair que les efforts demandés à Pôle emploi seront à la hauteur des gains espérés. Particulièrement au regard de l'effort financier consenti dans le cadre de la politique pro-option, apprécié, en moyenne, aux alentours de 20% des traitements des agent(e)s publics concerné(e)s.

Finalement, qu'observe-t-on ?

  • une situation globale de gel salarial,
  • des disparités statutaires estimées en moyenne à 37% (même pas comblées par le gap financier lié à l'option)
  • un décrochage des salaires de droit privé par rapport à la moyenne nationale,
  • et une smicardisation des salaires quel que soit le statut,


dans un contexte de CCN négociée et signée hors classification, c'est-à-dire en l'absence d'un socle permettant d'élaborer une politique salariale claire d'augmentation générale pour tou(te)s et de réduction des inégalités statutaires et sexuées.